Les lois karmiques ou Lois de l’Univers

 

Les lois sont des principes fondamentaux qui régissent toute chose, de l’infiniment petit à l’infiniment grand.
Mathématiques, atomes, systèmes chimiques ou physiques, règnes animal et végétal, société humaine, mondes angéliques, l’Univers…  tous ont leurs lois.
Le karma n’échappe pas à cette règle, il a lui aussi ses principes légaux, même s’ils dépassent parfois l’entendement humain.

 

3 lois se distinguent essentiellement :

la loi de CAUSALITÉ ou cause à effet
la loi de RESPONSABILITÉ ou libre arbitre
la loi d’ATTRACTION avec l’effet miroir.

 

La loi de causalité

 

 

A.  La loi de cause à effet

 

 

 

 

La première et la plus connue des lois de l’Univers.
La loi de Newton en physique décrit ce phénomène applicable sur le plan spirituel :

ACTION = RÉACTION   ou     CAUSE = CONSÉQUENCE   en identique ou en opposé

 

L’adage populaire je récolte ce que je sème le résume bien également.

Chacune de mes pensées et actions me revient, toute action à ses conséquences.
Cette récolte dépend proportionnellement et en positif ou en négatif des graines que je sème.

Quand je pense, parle ou agit, je crée un mouvement dans le flux de l’Univers qui réagit en conséquence.

 

 

 

Tout ce que j’émets dans l’Univers me revient.

 

 

 

 

Ainsi, tout ce que je dis, fais, émets en pensées me revient comme un boomerang, avec une intensité souvent démultipliée.

Personne n’échappe aux conséquences de ses actes.
Ainsi, lorsque je juge je suis jugé en retour, quand je crois que je peux pas réussir je reste dans l’échec, quand je suis dans mes peurs je vis des situations qui les ravivent.

Quelles que soient les réactions que j’adopte, les conséquences de mes actes me reviennent toujours amplifiées.

Les résultats peuvent être immédiats comme survenir de nombreuses années voire vies plus tard, cependant il est certain que de chaque action découle tôt ou tard un résultat identique ou opposé.

 

 

 

B. Conscient et responsable

 

 

 

Le but de ce principe karmique est de me rendre conscient et responsable de mes actions afin que j’assume en toute conscience mes actes et paroles.

Aussi souffrantes que peuvent être les expériences, la loi de cause à effet du karma ne comporte aucune notion de punition, seulement une notion d’évolution.
De ce point de vue, le karma est une nouvelle chance d’apprendre ce que je n’ai pas conscientisé, accepté ou pacifié.

 

La loi de causalité est intrinsèque à l’apprentissage de mes expériences.
Sans cette loi je ne tirerais pas de leçons de vie et je n’apprendrais pas.

Elle me permet de prendre conscience, de m’améliorer.

 

Si aucunes épreuves ne jalonnent ma vie, si tout est linéaire et fluide alors je ne peux pas expérimenter la dualité ni mon libre arbitre.
De même que la lumière a besoin de l’ombre pour exister, c’est parce que j’ai connu la souffrance, la maladie, les peurs que je connais la valeur de la joie, de la santé, de l’apaisement, de l’amour.

Si tout était parfait et harmonieux, je n’apprendrais rien.

Grâce à la dualité de notre monde, masculin et féminin, froid et chaud, soleil et pluie, chagrin et joie, souffrance et plaisir, échec et réussite, je peux apprendre et grandir.

En tant qu’être incarné, nous condamnons ceux qui ne respectent pas les lois humaines, nous condamnons les actes et les personnes qui nous paraissent atroces, injustes, monstrueux, blasphématoires, cruels etc.

 

Les faits les plus horribles à nos yeux, viols, meurtres, tortures, génocides, haine, guerre… ne le sont pas forcément d’un point de vue karmique.

 

 

Ils sont affreux d’un point de vue humain mais selon les lois karmiques il s’agit de contrats passés avant l’incarnation entre « victime » et « bourreau » afin de régler du karma ou d’amener à la prise de conscience de ce qui est vécu.

 

 

 

Nous avons une vision limitée et fragmentée en regard de l’immensité de l’Univers, parce que ces actes trouvent du sens malgré tout selon les principes karmiques ou universels.

Il est difficile de comprendre les lois karmiques avec notre morale humaine.

 

 

 

C. Tout est juste – tout a du sens pour les plans divins

 

 

 

Selon le point de vue divin, dans l’Univers tout est juste, tout a du sens, tout est à sa place au bon moment.
Quelle que soit l’acte, il n’est ni bon ni mauvais, il EST une expérience de vie.

Nous qualifions et quantifions les agissements humains selon nos valeurs qui ne sont pas les mêmes d’un point de vue divin. Bien sûr certains actes sont ignobles et condamnables ou punissables aux lois humaines.

Hélas, nous avons tendance à assimiler l’acte et la personne.  L’acte est condamnable, pas l’être, pas l’Âme incarnée.

 

 

Derrière chaque acte il y a une Âme, et chaque acte a du sens du point de l’Âme.

 

 

 

Les enjeux de certaines actions dépassent notre vue étriquée. Nous ne connaissons pas les karmas à régler des âmes impliquées dans les atrocités commises, les accords d’Âme conclut avant l’incarnation.

Un meurtrier est une Âme qui a accepté de jouer ce rôle avant de s’incarner afin de permettre à une autre Âme de régler un karma.

Je ne cautionne pas les actes violents ou malveillants.
Seulement je ne pas juger cet être, car je ne connais pas l’évolution de cette Âme, les choix qu’elle a faits, les contrats passés avec d’autres Âmes, les épreuves qu’elle expérimente pour apprendre et évoluer.

Certaines Âmes mettent des vies à comprendre et régler ce que d’autres vont rapidement intégrer et transformer.

Là réside encore une fois notre liberté.

 

 

La Source créatrice m’aime au point de respecter mes choix, mes décisions, mon libre arbitre, même si je cours droit dans le mur car c’est ainsi que j’apprends et évolue dans la compréhension divine (et non humaine).

 

 

 

Elle nous laisse le temps d’apprendre, de chuter et de repartir à notre rythme et de tirer les leçons par nous-même.
La Vie est une école!

 

La loi de responsabilité ou libre arbitre

 

Avec mon libre arbitre, je détiens un immense pouvoir sur mes vies, celui de ma responsabilité.

 

 

 

Je suis libre et responsable de mes actes et de mes pensées et de leurs conséquences.

 

 

 

La loi de responsabilité n’a rien à voir avec une quelconque punition ou malchance. Elle concerne uniquement l’acceptation des conséquences de mes choix.

Je suis responsable de ma vie et de ce qui m’arrive.
Déjà, j’en ai choisi les grandes lignes et étapes avant de m’incarner.

En exerçant mon libre arbitre je fais parfois des choix contraires au chemin prévu par mon Âme.
Toutefois elle me laisse mon libre choix, quitte à ce que je fasse des « erreurs », que je continue dans mes souffrances, mes schémas, mes peurs.
Car c’est ainsi que j’apprends et réalise quels karmas ou contrats d’Âme j’ai encore à régler

 

Il est plus facile d’accuser autrui, rejeter la faute sur… de ce qui m’arrive plutôt qu’assumer que je suis seul responsable de mes choix, actes et pensées même si ce que je vis découle de mes vies antérieures ou de mémoires transgénérationnelles (j’ai aussi choisi mes lignées en m’incarnant!)

 

Or, quand je suis responsable,
je comprends que je suis la seule personne qui a permis ou crée ma vie :

 

    

– par mes choix
– par la façon dont j’use de mon libre arbitre
– par les mémoires, karmas que je porte
– mes zones d’ombre non acceptées et non libérées

 

 

 

 

J’exerce mon libre arbitre quand je DEVIENS CONSCIENT et que je me détache de mes « je veux », de mon égo, de mes dualités, de mes peurs.

S’observer moi-même m’amène au recul nécessaire et à la conscience de mes paroles et actes.

 

Sinon, le libre arbitre est illusion servant mes désirs égoïstes : je veux ou je préfère faire – avoir, je dois, je suis obligé, il faut… dit l’ego.
Tandis que mon Être divin intérieur répond : j’aime, je suis, je peux, j’ai envie (en vie je désire, pas dans le sens je suis envieux de…)

 

Grâce à mon libre arbitre, je décide de considérer les épreuves de façon positive ou négative, je me positionne comme victime (tout va mal, c’est la faute des autres, c’est toujours sur moi que ça tombe, de toute façon quoique je fasse tout va de travers…) ou comme personne responsable : je me prends en main, je donne du sens, je me positionne, je cherche en moi les solutions…

 

 

Je suis LIBRE et RESPONSABLE :

–  d’accepter ou rejeter mes systèmes de croyances
–  de choisir les paroles et les actes que je pose
–  d’interpréter selon ma vision ou de chercher à comprendre
–  d’aimer ou haïr
–  d’accuser, juger ou pardonner
–  de réagir ou laisser faire
–  de rester dans mes peurs ou oser faire confiance
–  de mes pensées, mots, attitudes et choix

 

 

Même si je vis un accident, une maladie grave, un licenciement, une séparation, j’ai ma part de responsabilité (karma, bagages transgénérationnels, croyances cellulaires..) et le choix de comment je fais face, comment je réagis face à cette situation. C’est là qu’est ma responsabilité !

Que s’est-il passé dans mes autres vies, quelles ont été mes pensées, mes systèmes de croyances, mes attitudes qui ont déclenché cet enchainement de conséquences?

 

Toutes les pensées et actions que je projette sont des blessures, des failles que j’ai encore à travailler, à accepter et à transformer.
Autrement dit, j’attire les situations perturbantes pour que je puisse en prendre conscience et les libérer.

 

Je m’enferme moi-même dans mes souffrances et m’éloigne de ma lumière quand j’alimente la division en moi, quand je nourris mes peurs, mes blessures au lieu d’aller vers la compréhension.

 

 

 

Rien ne sert de réagir avec colère, découragement ou fatalisme. La peur me bloque le chemin et me voile d’illusions.
Une fois comprises et dépassées, quand je n’ai plus besoin d’apprendre, ces situations, émotions et critiques « souffrantes » n’ont plus lieu d’être.
C’est de cette manière que je me crée ou règle du karma.
C’est pourquoi j’ai ma part de responsabilité dans le karma que je me crée ou que je crée avec quelqu’un. J’ai une part de don à rendre et à accepter dans un karma.

 

 

Être RESPONSABLE c’est accepter que je suis CRÉATEUR de ce que je vis, même si je l’ai créé dans une autre vie.

 

 

 

Les autres et la vie ne sont que des miroirs de mes propres blessures au coeur de mes cellules.


Cela ne signifie pas pour autant que je me mets délibérément dans une situation éprouvante. C’est seulement accepter que mes pensées, mes actes et mes choix de cette vie et de mes autres vies ont engendré ces expériences de vie afin de me permettre d’en tirer des leçons et des apprentissages.

D’où l’importance des compréhensions de ce que je vis et me trimbale comme mémoires.

 

 

Je suis responsable de ce que j’ai fait dans mes vies précédentes.
Je suis responsable de mes choix dans ma vie présente.
Je suis responsable de ma vie future.

 

 

 

Quand je deviens responsable et conscient de mes actes et de ce que je porte comme karmas, j’en accepte les conséquences et je peux aller vers la libération.

Cette pratique me permet d’apporter la conscience dans l’action.

Karma et loi d’attraction : le monde est mon miroir

 

 

L’un des grands principes de l’Univers : j’attire ce que je suis = tous mes karmas, croyances, bagages familiaux, schémas de pensées, contrats d’Âme…

 

 

Ce qui m’entoure et toute situation de vie est le reflet de ce qui se passe en moi, de ce que je porte, des énergies présentes en moi.

Saint Bernard disait que l’homme ne peut atteindre la plénitude et la sagesse, aussi étendu que soit son savoir, sans la connaissance de soi-même.
Et Montaigne comme Diderot préconisaient aussi la connaissance et l’étude de soi pour comprendre et connaitre les autres : « connais-toi toi-même ».

Il s’agit bien de comprendre que je ne peux juger autrui car j’ai tant de zones d’ombres à découvrir et à libérer en moi.
Qui sait ce que j’ai vécu et fait dans d’autres vies? Quelle victime j’ai été? quel bourreau j’ai été?

 

photo et montage : Anne Bocquet

 

La vie et les autres sont mon miroir,  le reflet de ce que je ne veux pas voir en moi, de ce qui est présent même bien enfoui, de ce que j’ai à conscientiser.

A chaque fois qu’il y a quelque chose de souffrant dans ma vie, il y a quelque chose de souffrant en moi.

La vie me montre ce que j’ai encore à comprendre et à changer dans mes cellules et mes schémas.

Ce que je refuse d’accepter continue alors de se reproduire.

 

Si je considère un trait de caractère déplaisant chez autrui, ce n’est que le miroir de ce qui me dérange en moi. De la même manière, quand j’admire quelque chose chez quelqu’un, je l’ai aussi en moi.

 

La seule chose dans l’Univers sur laquelle j’ai du pouvoir, c’est MOI-MÊME.
Quand j’accepte et libère mes limitations, mes karmas, mes contrats d’Âme…, ma vie suit le mouvement et change en conséquence.

 

Si je souhaite que le monde change, alors je commence par moi-même.

 

 

 

Peu importe ce qui se passe dans ma vie, l’erreur n’existe pas, ce ne sont que des apprentissages pour libérer tout ce que je porte.

Même si la maladie, l’épreuve se présente à moi, même si le moment présent est usant, fatiguant, stressant, souffrant, je dirige mes pensées vers la force de lumière au fond de moi.

 

 

Le reste n’est qu’illusions et expériences.

Les blocages récurrents et épreuves dans ma vie sont reliés à des mémoires, des contrats d’Âmes et la pensée positive ne suffit pas.

Il convient d’aller regarder dans mes zones d’ombre et de libérer les noeuds énergétiques pour que cela se dénoue aussi dans le concret.

Pin It on Pinterest