Quand la charge émotionnelle d’un événement d’une vie passée n’est pas digérée ni acceptée, elle s’imprime dans l’Âme et se répercute de vies en vies sous forme d’empreinte mémorielle dans les cellules de mon corps.

La blessure fixée au plus profond de mon Être conditionne ainsi mes comportements et événements futurs, de vie en vie.

De même, tout contrat d’Âme (pacte, voeux, serments, promesses, loyauté…) passé dans d’autres vies est lié à l’Âme et donc est toujours « actif » et lourd de conséquences dans toutes les vies, jusqu’à ce que j’en prenne conscience et les annule.
Je porte également les secrets et les mémoires de mes ancêtres car j’ai choisi mes lignées en m’incarnant.

Handicap et maladies génétiques

 

Certaines Âmes choisissent un corps particulier, une MALADIE Génétique ou un HANDICAP mental, physique pour régler du karma plus rapidement.

 

Il existe aussi des Âmes venues s’incarner pour aider les autres et leur permettre de régler du karma personnel et familial plus rapidement grâce à leur handicap ou maladie.

Ces Âmes viennent alors avec un handicap physique, mental ou psychologique ou des maladies génétiques ou chroniques, contraignantes pour tout l’entourage.

 

 

Je crée et décrée mon karma

Même si les grandes lignes de ma vie sont définies avant mon incarnation, y compris maladies et handicap, je crée ou libère jour après jour mon karma selon mes actions et le libre-arbitre que j’exerce : si je reste victime de ma souffrance ou si je comprend qu’elle a du sens, que c’est un message de mon Âme pour que je libère les mémoires en cause.

 

Certaines épreuves se présentent immanquablement (dû aux vies précédentes), cependant leurs conséquences, leur durée, leur souffrance se transforment en fonction de ma façon d’être, de réagir, de prendre conscience du pourquoi je vis ceci ou cela.

Un handicap, une maladie, une accident est un message de mon Âme. Une manière qu’elle a choisi pour me faire évoluer.

En l’acceptant je vais me libérer de ce karma, en résistant par la colère, le sentiment d’injustice, la dépression… je renforce ce karma et le revivrai encore dans une autre incarnation.

Je suis incarné car j’ai des expériences à comprendre, des peurs et des blessures à dépasser et libérer.

Or j’ai le choix de me poser en tant que victime ou comme acteur conscient et responsable face à un événement.

 

C’est dans cette attitude que je libère mon Âme petit à petit du karma : quand je prends conscience de l’incidence de mes actes et paroles et que j’accepte ma part de responsabilité dans ce que je vis, même si cela résulte de vies antérieures ou de mes ancêtres.

A l’inverse, quand je reste dans mes vieux schémas, mes conditionnements, mes blessures et mes peurs, je résiste à la transformation et à l’évolution. Alors les difficultés persistent, et cela jusqu’à ce que je comprenne que je suis seul responsable de ma souffrance et de sa libération.

 

Un handicap, une maladie ou toute épreuve de vie n’est ni une punition, ni un châtiment divin, ni un abandon du divin.
Accuser l’Univers ou les autres ne sert à rien.

C’est un choix d’incarnation et une conséquence de ce que j’ai choisi de régler et libérer.

 

Accepter que j’ai créé ma vie,
que mon Âme a choisi les épreuves que je vis
pour devenir conscient de mes mémoires
et libérer du karma,
me pousse à comprendre
et donner du sens à ce que je vis
au lieu de subir ou accuser le monde entier.

Le plus difficile  est de m’aimer suffisamment moi-même pour me pardonner de m’être fait vivre ces situations souffrantes.

Quand j’accepte que je suis responsable de mes blessures d’Âme, de mes épreuves de vie, je peux les intégrer (et non les nier ou en rejeter la cause sur autrui) et ensuite faire le travail de libération.

Mes karmas sont une chance d’évoluer ,
ils sont un apprentissage
que je revis à chaque incarnation
pour devenir un apprenti sage,
un être conscient

J’ai créé mon karma et je m’en crée selon mes actes et pensées dans ma vie, de ma position de victime ou de personne responsable face à mes difficultés et mes souffrances.

Je libère du karma quand je deviens conscient du processus des conséquences et que j’assume ce que la vie place sur mon chemin, quelle que soit l’épreuve.

 

Il y a toujours du sens pour les plans de mon Âme, même si je ne le comprends pas.

Le plus difficile est sans doute d‘accepter que j’ai choisi de vivre les épreuves afin d’en prendre conscience, de réaliser les mémoires que je porte pour aller vers la guérison et la libération.

 

 

Pin It on Pinterest