Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

C’est le printemps, même si la météo est encore frisquette 🙂 C’est le moment de faire le ménage en soi, de libérer ! Les énergies nous y poussent.

 

 

 

 

Mourir à l’ancien pour renaitre :  de l’hiver au printemps!

 

 

 

 

Ce changement de saison génère des énergies assez basses et décapantes, ce qui est normal à chaque changement de saison.

Elles donnent le sentiment de stagner, le sentiment de ne pas en voir le bout, que tout se ligue contre soi, la fatigue s’installe (ou perdure de l’hiver) et les maladies se manifestent.
Et je ne crois pas que je suis isolé(e) dans mon coin, ce phénomène est planétaire !

Le flux vibratoire de ce changement de saison se manifeste concrètement par une remontée de vieux schémas, de vieilles croyances, de karmas en tout genre dans le corps sous forme de symptômes physiques, maladies, fatigue, émotions souffrantes.  Et pourtant c’est CADEAU !

 

 

Pourquoi ?  Car je meurs à l’ancien comme l’hiver pour renaitre au nouveau, pour renaitre à moi m’aime.

Le vieux, l’ancien tout pourri remonte pour que je puisse en prendre conscience, l’accepter et le lâcher : faire place nette.

Déloger les miasmes c’est libérer mes zones d’ombre et remettre de la lumière, de la fluidité dans mes cellules et ma vie.

Rien ne sert de se lamenter, de geindre, de faire ma victime ou de trouver la vie injuste. Ces perceptions ne sont que des expressions de mon égo et de mes peurs.

De toute façon la mémoire est là. Alors autant se fondre en elle pour la nettoyer et la libérer.

 

 

 

Combattre et résister…

 

 

 

ne fera qu’accentuer les symptômes ou situations difficiles… jusqu’à ce que je cesse de lutter contre et que j’aille avec…

Rien ne sert de lutter ou de refuser ces énergies. Cette attitude finira par se retourner contre moi. Par contre quand je vais avec je nage dans le sens du courant et il est plus aisé de libérer ces karmas qui m’encombrent.

 

Car tant qu’un karma est présent dans mes cellules, il va se présenter à moi et se remanifester, toujours plus fort, jusqu’à ce que j’ai compris.

 

Lutter contre un karma ou une émotion qui se présente le renforce. Passer au travers est certes difficile mais libérateur. 

Cessons de faire l’autruche et allons en nous même à la rencontre de ces karmas qui nous gênent.

Autant l’accepter et l’accueillir pour que cela se passe avec le plus de douceur possible.

 

Comme tout le monde, je passe personnellement par des périodes franchement désagréables, des douleurs et du découragement, mais je vous assure que traverser la tempête nous fait ressortir plus fort, plus solide, plus serein.
Et tout ce que chacun libère, c’est ça de gagné pour nos incarnations futures ainsi que pour nos lignées et la planète!

Et puis si déjà les mémoires cra-cra remontent, au lieu de mettre le couvercle dessus autant les regarder en face, les accueillir car elles sont MOI, ce sont mes zones d’ombres, mes parties de moi souffrantes.

Résister et les renier c’est me rejeter moi-même.
J’apprends donc à accueillir ce qui vient, sans lutte ni résistance, surtout si ce qui est ne peut pas être changé.

Ce passage est une étape nécessaire. Ce qui se présente à moi c’est ce que je dois vivre pour passer par ce processus de libération.

 

 

Accueillir ce qui est…
                      pour renaitre à une nouvelle version de Soi

 

 

 

Alors je m’observe et je vais voir le message caché derrière le symptôme, l’émotion ou la situation. Je cherche les liens, les croyances, les karmas qui sont tapis dans le noir et je leur tends la main afin de les ramener à moi, avec amour. Que je fasse ce travail seul(e) ou accompagné(e).

Pour faire face à ces troubles il est primordial de reste centré et axé sur ce qui est, au moment présent.
J’avance couche par couche ! Pas à pas…

Et le plus important sans doute, c’est m’aimer comme je suis, avec mes failles, mes blessures et mes forces.
Plus je me donne d’amour et plus j’active ma puissance divine.

Et oui j’ai aussi l’impression que ça n’en finit pas… comme vous êtes nombreux à me le dire.

N’oublions pas que depuis quelques années nous évoluons dans l’aire du Verseau et que l’énergie de la planète monte en fréquence. Donc il est normal de passer par une zone de turbulences le temps que nos énergies, nos mentalités, nos égos s’adaptent à de plus belles fréquences… et vies.

Les changements de saison amplifient ces énergies.  Nous sommes brassés à l’extérieur comme à l’intérieur.

 

 

L’énergie de 2018 nous chahute aussi

 

 

 

 

De plus, nous sommes dans une année 2, qui passe par le 11.

2 représente la dualité. Cette énergie nous renvoie à une mise à l’épreuve, à l’opposition, le conflit et la rivalité dans le but de les transcender et de parvenir à l’union, l’alliance avec soi. En effet, je prends conscience d’un élément quand j’ai expérimenté son contraire.

Les énergies actuelles me mettent face à mes zones d’ombre pour que je prenne conscience de ma puissance de lumière et que j’intègre cette lumière en moi. Mais d’abord cela passe par la traversée de l’ombre.

11 est le nombre de la Force. Il donne le courage lié à la force féminine. Il amène la valeur du discernement qui me permet de dépasser mes conflits intérieurs et surmonter les difficultés en faisant preuve de détermination.

Ce temps d’initiation m’apprend à dépasser la mort. La mort de mes vieux programmes, conditionnements, entraves, karmas, maladies pour les transmuter et renaitre à une nouvelle version de moi-même.

 

Il est nécessaire de déconstruire l’ancien pour me reconstruire vers un moi plus libre et léger.

 

Le processus de transformation passe par une période de maturation.

Le remue-ménage que provoquent les énergies actuelles est le reflet de ma quête intérieure.

GRATITUDE POUR SOI et ce que la VIE NOUS PROPOSE POUR ÉVOLUER donc, au lieu de me dénigrer, de maudire la vie ou d’être fataliste.
Que la lumière soit !

Pin It on Pinterest