Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Le but de mon Âme n’est pas de souffrir !

La souffrance provient de l’incarnation sur Terre reliée à la dualité et au sentiment de séparation d’avec le Divin/Dieu, spécifique à notre monde.

 

L’illusion de séparation et d’abandon du Divin est propre à notre dimension vibratoire très dense, la matière.

Cela crée la dualité (éloignement de la dimension Lumière), la notion de Bien-Mal, ce qui engendre de la souffrance.

En s’incarnant dans la matière physique, l’Âme oublie sa nature divine et recontacte toutes ses peurs, souffrances, limitations dues à la matière.

La dualité, la souffrance est un piège dans lequel l’Âme est maintenue par le biais du mental, des mémoires cellulaires et des croyances que véhiculent la société, l’Histoire, le collectif et mon éducation.

Cela fait partie des illusions de la matrice terrestre et du cycle des réincarnations.
cf https://www.les-ailes-du-karma.com/ame-vies-anterieures-et-matrice-terrestre/

Ces croyances et mémoires sont tellement fortes et ancrées génétiquement dans mes cellules

 

que le corps d’incarnation de mon Âme,

 

une fois dans cette dimension,

 

y adhère et les tient pour vérité, s’enfermant dans la souffrance.

 

En fait, au départ, mon Âme désire seulement vivre l’expérience de la matière, ressentir des émotions, vivre par les sens (l’essence) du corps et puis quitter ce corps quand elle le désire.

 

Sauf que, une fois incarnée, elle oublie tout ça et se retrouve dans un corps pétri d’engrammations cellulaires reliées aux karmas, aux ancêtres, aux schémas mentaux et égotiques de la matrice 3D et elle recontacte alors la souffrance.

Quelle est la cause de l’illusion de dualité, de séparation, de la souffrance, du manque d’amour, de tous ces « malheurs » que nous vivons?

L’ignorance, l’aveuglement, le déni, l’oubli que nous sommes en réalité des êtres divins.
Nous sommes pris dans un cycle bourreau-victime qui nous enferme et nous détourne de notre Divin, de l’amour, de la joie, de l’abondance, de la Lumière.

Les religions, la société maintiennent les gens dans ces schémas néfastes avec les croyances de péché, d’enfer, de souffrance comme punition…  et l’Âme y adhèrent par oubli de qui elle est.

Ces forces obscures présentes en nous maintiennent le voile de la souffrance afin que nous restions obéissants et esclaves de nos zones d’ombre.

Ainsi nous entretenons et nourrisson l’égrégore de souffrance et de l’Ombre dans un cercle vicieux.

 

Nous restons dans la dualité, la séparation d’avec le vrai divin qui est notre force créatrice, libre de tout concept, de toute illusion d’enfermement.

 

L’être humain est victime de ses croyances et des Ombres qu’il a créés, se croyant abandonné et éloigné de la source Divine.

En fait, nous récoltons notre propre façon d’interagir avec la densité de notre monde.

 

Nous nous enfermons dans les karmas et les émotions souffrantes comme la haine, la vengeance, le chagrin, la jalousie, le rejet, l’injustice, l’humiliation…

L’être humain se croit abandonné par le Divin et s’identifie à ses peurs, ses blessures, ses souffrances.
Et cela de générations en générations, de vies en vies.

Autant dire que les croyances et les mémoires sont bien ancrées dans nos cellules.

Comme si souffrir était une obligation ou une fatalité!

L’humain prend la matière, les symptômes physiques, les accidents de la vie comme des punitions ou des châtiments, une fatalité ou  « un malheur ».

L’Âme se retrouve en fait prise dans la matrice de dualité de la dimension terrestre et recontacte ses zones d’ombre en s’incarnant.

Elle oublie sa Lumière, son unité, et surtout QUE TOUT EST ILLUSION ET A DU SENS.

Quand j’ai compris cela, je peux choisir de me libérer de la souffrance, c’est-à-dire accepter de la lâcher dans mes cellules,  de la libérer dans mon Âme, alors je peux changer mes croyances et ma vie.

La véritable force de l’être humain n’est pas de s’endurcir pour ne plus ressentir la souffrance au milieu des épreuves.

Ma véritable force d’être incarné est de pouvoir accepter les souffrances, mes blessures et leur donner du sens :
c’est ainsi que je me sors des schémas et souffrances et que je deviens conscient que je peux libérer et lâcher ces souffrances au lieu de m’y accrocher.

 Tant que je souffre c’est qu’une part d’ombre en moi ne veut pas lâcher la dualité, les blessures, les mémoires.

Alors je la revis jusqu’à ce que j’ai la compréhension que ces schémas me montrent mes enfermements, mes illusions, mes vieux schémas afin d’aller vers la voie de la libération, du pardon, de la lumière, de mon Unité.

 

C’est dépasser l’égo, les croyances et le sentiment de dualité

pour cesser de me poser comme victime de la vie

et devenir responsable

de mes mémoires et de ce que j’ai créé

même si c’était il y a plusieurs vies !

Pin It on Pinterest