Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Lune ronde  –  Perle d’Amour

 

 

Quand le jour s’endort et s’en va à pas feutrés,

L’or se fond dans les baisers pastel du crépuscule,

La nuit s’étire langoureusement,

L’astre d’argent s’élève gracieus et souverain

Sur son royaume d’ombres rêveuses et de reflets secrets.

Perle de merveilles dans ton écrin de velours

joyaux des nuits envoutées

lune pleine et ronde d’amour

tu abrites les amours de la terre et de l’eau.

Soleil de la nuit,

Dans le zéphyr qui frémit sur le monde

Tu déploies ta lumineuse compassion

tu soupires ton mystère

sur les paupières des endormis,

tu saupoudres les vallées et les montagnes

de poussières opalines

tu éparpilles ta lumière comme des étincelles

au fond des yeux des noctambules.

 

Lune alanguie dans la soie nocturne

Drapée de tes voiles lactés

Éclaboussée de mille feux étoilés

Tu tisses des espoirs et des certitudes

Dans le temps qui s’évade

Tu dénoues les larmes de servitude

offres un refuge serein et éphémère

aux cœurs captifs épris d’idéaux.

 

Silencieuse prêtresse

De ton œil de diamant

Tu absous les peurs, tu berces les solitudes

tu conduis sur les rivages apaisés les âmes en peine.

Dans tes eaux pures s’abreuvent les amoureux

Et leurs murmures soyeux

S’exaltent pour tes enchantements.

 

Amante des poètes perdus

tes sibyllines humeurs

inspirent les fous et construisent des palais d’argile.

Les océans émaillés de miroirs lunescents

ondulent à l’appel sacré de ton hymne.

Sous les caresses de tes doigts

les vents et l’eau bruissent d’extase.

 

Tu observes la course des étoiles, Reine sidérale,

Invites les songes brumeux à rejoindre

Dans un sursaut frissonnant

Les virevoltes des dieux de la nuit.

 

Déesse des cieux assombris

tu crées sur nos terres de chairs

des aquarelles de mystère,

tu nourris nos âmes de ta force sacrée,

ta magie venue de la chevauchée des âges

inspire la danse ancestrale des magiciennes.

 

Sous ton regard complice les amants réinventent des mondes,

les âmes se bercent.

À la lueur de tes charmes nacrés

nous réinventons le langage des corps

et nous créons des harmonies nouvelles.

 

Femme aux lunes rouges

les seins ronds et pâles

comme deux opales sur la toile de ma chair

je porte en mon ciel intérieur

Ton feu opalin.

Ta puissance irradie dans mes veines

Et me donne le courage et la connaissance des femmes de toutes les races et tous les univers.

Et de lunes en lunes

Le chant des femmes

Célèbre ta magie

Et rythme les éternités.

 

Femme, lève-toi ! et baigne-toi dans les sources fécondes de la Lune,

Ensemence la vie et la tendresse

Dans les sillons de la peur et de la guerre.

Porte la conscience de la Beauté et de la Paix !

Offre ton lait au sang de la haine.

 

Homme, repose-toi !

Ouvre les mains vers l’astre éclatant

et apaise les larmes de ta douceur.

Tourne les yeux vers tes contrées intérieures,

respire la calme volupté du parfum de cet astre céleste.

 

Lune rayonnante,

à l’heure d’étreindre ton époux solaire

dans un furtif baiser

Vos destins se séparent et reprennent leur course sans cesse répétée

Et pourtant vous êtes la complétude

Comme l’homme et la femme

Main dans la main, yeux dans les yeux

S‘en vont

Refaire le monde et danser l’Amour,

Honorer la Terre et le Ciel,

Rejoindre les firmaments arc-en-ciel.

 

Déesse à l’âme enchanteresse

Nous te remercions et te glorifions, Sélène,

pour ta lumière et ta sagesse ;

Nous dansons et chantons

pour ta mystérieuse beauté, Lune.

Ta sagesse ancestrale soigne nos âmes.

 

Rédigé par Anne BOCQUET, été 2017

Pin It on Pinterest