Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Mémoires de l’Âme : mémoires cellulaires karmiques et
transgénérationnelles…

 

 

Avant de parler de MÉMOIRES il est important de COMPRENDRE ce qu’est l’ÂME et pourquoi nous souffrons.

Pour cela je vous invite à lire l’article complet sur l’Âme : https://www.les-ailes-du-karma.com/lame-cest-quoi/

Voici en préambule quelques points résumés sur l’Âme avant de parler des mémoires de l’Âme.

 

 

 

D’où vient l’Âme?

 

 

 

A l’origine la Source divine était UNE. 

Le Divin n’a aucune interaction avec la dualité donc la souffrance ou les émotions. Il n’est pas compréhensible en termes d’espace temps, d’émotions ou de pensées. Il est complètement neutre.

Il décida en conséquence de faire des expériences multiples et se partagea en millions de particules de lui-même, créant des univers illimités, des dimensions et des formes variées pour chacune de ses expériences.

Ainsi furent créer les Âmes, car elles permettent à la Source de se multiplier en millier de fragments d’Elle-même et de faire toutes les expériences possibles.

C’est pourquoi la Conscience divine a créé la matière, afin d’expérimenter ce qu’Elle est sous toutes ses formes et vibrations possibles.

 

 

 

Qu’est-ce que l’Âme?

 

 

 

L’Âme est une énergie issue de la Source Divine Créatrice, l’étincelle divine reliée à ce Divin.

Chaque Âme
est une émanation unique et individualisée du Divin dans la matière. 

Elle est cette partie de mon Être Divin, immuable, intemporelle, éternelle et immatérielle. 

Sans cette énergie divine en nous, nous ne ne serions pas vivants, nous serions inertes et sans Vie.
Notre Âme nous anime et nous relie constamment à la Source Divine.

 

L’âme intègre la matière au moment de ma naissance et ma Conscience fait le lien avec elle.

 

 

Puisque je suis une parcelle de la Source, une étincelle de son Amour, je suis constamment reliée à elle, et elle à moi.

Le sentiment de séparation n’est qu’une illusion due à la dualité de notre dimension terrestre.

 

 

 

 

Quand mon âme quitte le corps, mon corps physique meurt et elle rejoint les plans subtils selon la vibration (émotions – sentiments) dans laquelle elle quitte son véhicule.

 

C’est cette imprégnation mémorielle qu’elle ramène dans ses incarnations suivantes à travers les gènes de mes lignées et les informations cellulaires.

 

 

Photo Isabelle Valdenaire

 

 

 

 

 

La multidimensionnalité de l’Âme

 

 

 

Photo Isabelle Valdenaire

 

Mon Âme est fractionnée dans des dimensions et des univers différents, dans l’espace-temps, et pourtant elle reste Une :  une seule âme en plusieurs elle-même, qui vit différentes expériences en même temps.
Cela signifie qu’elle est  ici dans mon incarnation et en même temps sur d’autres plans et d’autres espaces temps.

 

C’est pourquoi je n’ai qu’une vision tronquée et morcelée de l’Être que je suis en réalité.

 

 

 

L’Âme a besoin d’un corps physique

 

 

 

 

Mon corps humain est le véhicule terrestre de mon âme qui lui permet d‘expérimenter la matière. 

 

Grâce à mon corps physique et à mes 5 sens, mon âme peut ressentir physiquement, dans la matière, et faire l’expérience des émotions et des sentiments, de la dualité donc aussi de la souffrance.
C’est comme cela qu’elle apprend et évolue.

Or, une fois incarnée, ma conscience est parasitée par le mental et l’Ego qui me maintiennent éloigné de la pureté de mon Âme et me projettent dans les illusions des croyances, des peurs, des blessures, de la souffrance.

 

Je reste relié à mon âme par un cordon d’argent, mais la communication avec elle est parasitée, altérée.

 

 

 

Lors des réincarnations,  l’Âme emmène avec elle ses expériences, ses émotions, ses souffrances.

 

 

Par conséquent, lorsqu’elle se réincarne, elle ramène dans le corps qu’elle a choisit toutes ses mémoires, au cœur des cellules,

comme un transfert de données d’une supra-énergie, l’Âme, à une forme dans la matière : le corps.

 

 

 

C’est de cette manière que je ramène mes karmas dans mes cellules de vie en vie : à travers l’énergie = informations de mon Âme qui reste immuable quelle que soit l’incarnation choisie.

 

 

 

Le cycle des réincarnations de l’Âme
et la souffrance

 

 

photo Isabelle Valdenaire

 

Le but de mon Âme n’est pas de souffrir et d’accumuler du karma !

Seulement au moment de la naissance, l’Âme oublie ses choix de vie et sa dimension divine éternelle pour se perdre dans le champ de l’illusion du mental et de l’Ego... que le système de pensée et de croyances humaines renforcent et maintiennent

 

Le sentiment de séparation avec le Divin place mon âme dans la dualité et la souffrance.

 

L’Âme finit par croire que cette illusion de séparation est bien réelle et elle ne parvient plus à en sortir : le karma prend alors toute sa force à travers la souffrance et les blocages que nous vivons dans nos vies.

 

Par conséquent, de vies en vies, nous continuons à revivre ces expériences desquelles nous ne parvenons que difficilement à sortir, car de vies en vies, elles se font plus prégnantes et reviennent avec de plus en plus de mémoires et nous rendent de plus en plus lourds dans cette expérience.

 

 

 

Je vous invite à lire pour plus de compréhensions les articles suivants :

https://www.les-ailes-du-karma.com/karma-et-plan-de-vie/

https://www.les-ailes-du-karma.com/les-contrats-dame/

http://www.les-ailes-du-karma.com/les-scenarios-de-naissance/

 

 

 

 

Mémoires transgénérationnelles ou familiales…

 

 

 

 

 

Chacun de nous appartient à une famille, descend d’une lignée de femmes et d’hommes, comme un arbre aux nombreuses ramifications.

 

 

Mon clan me transmet, de générations en générations, des programmes, des schémas, des loyautés, des croyances, des dettes…
Les mémoires transgénérationnelles sont tous ces bagages que je porte de mes ancêtres.

 

 

 

En effet, quand je m’incarne, mon âme traverse différentes couches de densités pour s’habituer à notre densité terrestre de la matière.
En descendant dans ces couches je choisis les grandes lignes de ma vie en répondant à une question :
« QU’EST-CE QUE JE VEUX APPRENDRE ?»

En fonction de cela je choisis ma famille, mes alliés, mes bourreaux, mes victimes, les grandes étapes de ma vie.

 

 

Et notamment j’accepte de prendre en charge, pour différentes raisons, des mémoires de mes ancêtres, des dettes, des bagages familiaux, des croyances, des contrats qui vont certes me peser et en même temps m’aider à comprendre et avancer dans mon évolution.

 

 

Cf l’article sur les contrats d’âme ici pour plus de détails et d’explications : https://www.les-ailes-du-karma.com/les-contrats-dame/

 

 

 

 

 

Comme l’arbre de ces photos aux racines complexes et noueuses, émanant d’une seule souche, je suis emmêlé dans les mémoires et les bagages de ma famille.

 

 

 

 

 

Or, j’ai la possibilité de guérir et pacifier les branches souffrantes de mon arbre.

 

 

 

 

 

 

 

Mémoires karmiques…

 

 

 

 

 

 

Les mémoires karmiques sont les informations de mes précédentes vies imprimés dans mes cellules, c’est-à-dire tout ce qui n’a pas été terminé, accepté, intégré, compris, transformé.

Toutes les conséquences des actes et paroles passées se répercutent sur plusieurs vies et générations.

Tant que je n’ai pas compris, accepté, pacifié dans mon cœur l’énergie d’une mémoire, je la porte en moi de vie en vie.

Comme le lierre grimpe le long d’un tronc et l’entrave, mes mémoires s’agrippent à moi jusqu’à ce que je conscientise le nœud de la problématique et que je la libère.

 

 

 

 

C’est ainsi que je peux revivre plusieurs fois les mêmes situations, les mêmes trauma, les mêmes schémas de vie, jusqu’à ce que ma prise de conscience m’offre la possibilité de transmuter cette énergie mémorielle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mémoires cellulaires… ou mémoires de l’Âme   

 
 
 

 

 

 

Photo : Olivier Defrain

 


La mémoire cellulaire est la mémoire du corps.

 

Le terme « Âme » ici, désigne la totalité de l’Être Humain, constitué d’un corps physique, animé d’une énergie divine puissante, engendré par une femme et un homme appartenant à une lignée et portant l’héritage de ses vies passées et de sa famille.

 

Le corps est l’ancrage physique de l’Âme par lequel les expériences de vie sont possibles. Sans corps l’Âme ne peut pas apprendre. Tout passe par l’intermédiaire des sens et du corps.
Même les émotions et les sentiments ont un impact sur le corps, c’est par lui que je suis dans l’ici et maintenant, à travers ce que ressens et exprime mon corps.

 

 

 

 

Mon corps est le véhicule de mon âme, l’outil indispensable qui lui permet de ressentir, vivre, apprendre et évoluer.

 

 

 

 

 

Photo Isabelle Valdenaire

 

 

Ainsi, toute mon histoire familiale et karmique est inscrite en moi-même, au cœur de mes cellules.

 

 

 

 

Il est le vecteur des héritages familiaux et karmiques qui s’inscrivent jusqu’au cœur des cellules.

 

 

 

 

 

photo: Olivier Defrain

 

Je porte donc dans mon corps une multitude de mémoires,
plus ou moins consciemment,
plus ou moins limitantes,
résultant de mes vies passées et
de mes lignées maternelle et paternelle,
de ma conception à aujourd’hui.

 

 

 

 

 


Photo Isabelle Valdenaire

 

 

Comme toutes les informations de mon Âme sont présentes au cœur de mon ADN sous forme d’énergies,  j’ai en moi toutes ces fréquences vibratoires que j’émets sans même en être conscient… d’où les incompréhensions de ce que je vis!

Autrement dit, selon ce que j’ai choisis de vivre et apprendre dans mon incarnation, les fréquences vibratoires de mes cellules attirent à moi des fréquences similaires sous la forme de personnes, situations, expériences (épreuves, accidents, maladie, rencontres, séparation, faillite, prison, pertes, échecs, réussites, mariage etc) en négatif ou en positif.

 

Pour plus de détails et infos, c’est par ici :

https://www.les-ailes-du-karma.com/loi-dattraction

https://www.les-ailes-du-karma.com/le-monde-est-mon-miroir/

 

C’est pourquoi il est important de prendre conscience de ce que je porte en moi.
Mon niveau de conscience et mes perceptions sont différents des autres, chacun en est là où c’est juste pour lui pour évoluer.

 

 

Reconnaitre mes mémoires, libérer mes bagages transgénérationnels me fait avancer, et chacun le fait à son rythme et avec plus ou moins de souffrances ou de fluidité.

 

 

 

 

 

Photo Isabelle Valdenaire

 

 

Je ne peux donc ni juger autrui ni me juger moi car chacun a son propre chemin d’évolution et ses apprentissages à comprendre.
M’éveiller à ce qui induit mes errances, mes attitudes, mes souffrances va me permettre de changer en moi mes énergies, et par ces libérations de transformer ma vie.

 

 

Ma responsabilité en tant qu’être humain incarné, est de devenir conscient de ce que je porte, de le libérer

afin d’évoluer et devenir conscient de ce que je suis au plus profond de moi : un être de lumière.

 

 

 

 

 

C’est pourquoi, quand je libère une mémoire, je libère son énergie et en conséquence ma fréquence vibratoire se modifie, s’allège.

Alors je n’attire plus à moi la vibration reliée à mes mémoires car j’ai compris et transformé cette énergie sombre en énergie de lumière : j’ai libéré du karma.

 

 

 

 

Toutefois, ces mémoires agissent et me conditionnent à mon insu, m’enfermant dans des schémas répétitifs de comportements, d’événements, de souffrances ou de mal- être.
Ces blessures cellulaires m’empêchent d’être en harmonie, en santé, en équilibre avec mes aspirations et mes désirs profonds.

 

– Ne m’est-il jamais arrivé d’être poussé à faire quelque chose, de m’engager dans telle voie, de suivre tel parcours et qu’en fait cela ne me correspond pas ?
– De me sentir dans une sorte de malaise indéfinissable, de subir ma vie au lieu de la construire ?
– De ne pas trouver ma place ou penser que ma vie n’est pas la mienne ?
– D’avoir l’impression de faire par obligation, de porter un poids?
– De me dire : « les événements me dépassent, mes attitudes ne m’appartiennent pas » ?
Comme si une force me contraignait ou que « c’est plus fort que moi » ?

 

Au cours de ma vie émergent aussi des contrats inconscients, dont en voici quelques-uns : « Je n’ai pas ma place », « Je n’y arriverai jamais », « Personne ne m’aime », « Je suis nul »  « je n’ai jamais d’argent »  « je ne le mérite pas »

Photos: Olivier Defrain

Et tout cela me pèse, m’entrave, me lie, m’encombre, me retient…

 

Les mémoires se présentent souvent dans le subtil sous forme de filaments ou de racines nouées qui sortent d’un chakra ou d’un organe, comme le montrent les racines de ces 2 photos.

 

 

 

Dans mes cellules je porte :

 

 

 

 

≠  toutes les OBLIGATIONS et INJONCTIONS transmis par les parents et les codes sociaux : il faut que…  tu dois…  tu es obligé(e)…  tu n’as pas le droit de…  c’est comme ça et pas autrement…  ça ne se fait pas…  si tu fais ça tu seras (puni)…  pense au autres…  que vont dire les autres…  tu n’as pas honte!

 

≠ PEURS, ÉCHECS, SECRETS, traumatismes, non dits, colères, frustrations, trahisons, injustices, humiliations, rejets, abandons, séparations… accumulés depuis mon enfance, celles de mes ancêtres et celles venant d’autres incarnations.

 

≠  VOEUX, PACTES, accords, promesses, serments, allégeance, malédictions passés entre toutes les parties de mon être avec moi-même, avec d’autres personnes ou des énergies sombres ainsi que tous ceux de mes ancêtres.

 

≠  les MORTS: fausses couches, avortements, enfants non nés ou morts nés, jumeau perdu, morts violentes, suicides… Les deuils non faits.

 

≠  les LOYAUTÉS, les CROYANCES de mes ancêtres et celles venant de mes autres incarnations.

 

  les CONTRATS d’ÂME, les consentements, qu’ils me viennent d’autres vies ou de mes ancêtres.

 

Autant de conditionnements qui perturbent ma vie!

Malgré mon désir de les modifier, le changement ne s’opère pas toujours comme je le souhaite car ces mémoires sont profondes, ramifiées, et c’est par la prise de conscience et la patience que je peux les libérer petit à petit.

Lorsque j’ai compris la leçon je peux lâcher l’énergie (mémoire) qui me freine, et parfois j’ai besoin de répéter plusieurs fois la leçon, de prendre en maturité et d’explorer toutes les facettes d’ombre et de lumière d’une énergie, d’une mémoire avant de la libérer.

C’est un peu comme un écolier qui répète sa leçon jusqu’à ce qu’il ait compris et puisse passer à autre chose.

 

 

 

Pourquoi nettoyer une mémoire?

 

Les mémoires ne sont pas une fatalité. Il est possible de s’en libérer, même si cela prend parfois du temps selon son imprégnation cellulaire.

La libération d’une mémoire se fait selon l’évolution de chacun, selon ce que je suis prêt, consciemment ou non, à lâcher.

 

Prendre conscience du poids que je porte c’est pouvoir l’accepter et m’en libérer.

 

 

 

Une fois identifiée et acceptée, je peux libérer l’empreinte mémorielle.

Harmoniser les mémoires qui me font souffrir = je me sens mieux et je transforme l’obstacle.

Mettre en lumière les freins et les blocages karmiques ou transgénérationnels diminue leur impact limitant.

 

 

 

 

Travailler sur mes mémoires c’est aussi permettre à mon Soi divin, mon Être Intérieur de s’exprimer d’une façon créative à travers ma personnalité propre, en me redonnant le POUVOIR DE CHOISIR.

Car tant que des mémoires, des contrats d’âme, des loyauté familiales, des croyances cellulaires m’entravent je ne suis pas moi-même. J’obéis à ces programmes cellulaires jusqu’à ce que je les libère.

 

Quand je prends conscience de ce qui m’empêche d’avancer, je redeviens pleinement moi- même.

Ainsi, au lieu de subir ma vie et les événements,
je me reconnecte à mon essence divine,
je retrouve mes pleins potentiels, ma capacité à créer mon futur, à choisir, à être libre.

 

Je réactive ma puissance divine créatrice.

 

 

 

Je vous propose à Guebwiller (68500) ou par téléphone, un travail de libération des mémoires karmiques et familiales et de tous blocages,
soins quantiques,
libération des voeux et pactes du passé,
libération des liens toxiques

 

 

Le BUT de ces libérations :

 

  • Je mets en LUMIÈRE comportements et émotions liés à des mémoires / karmas

  • Je PRENDS CONSCIENCE des schémas répétitifs et loyautés qui ne m’appartiennent pas

  • Je DÉBLOQUE les énergies à l’origine de symptômes physiques divers

  • Je DÉNOUE les nœuds karmiques et familiaux

  • J’IDENTIFIE les contrats et croyances inconscients (karmas ou familiaux) qui me freinent

  • Je DÉLIE les liens (karmas / transgénérationnels) qui m’entravent
  • JE ME LIBÈRE, je RETROUVE ma PUISSANCE DIVINE et le SENS de ma vie.

 .

 

 

À quel moment ?

 

QUAND…

 je suis en recherche de sens, je désire comprendre
 je souhaite me libérer des bagages familiaux et karmiques
 je désire me libérer de blocages, malaises, mal-être
 je souhaite vivre heureux-se
 je décide de cesser de subir et de reprendre ma vie en main

 

 


Le nettoyage de mémoires m’aide quand :

 

  • Je suis confronté à des problématiques récurrentes dans ma vie

  • Je vis des situations difficiles, j’ai des soucis de santé
  • J’ai l’impression de me retrouver dans l’impasse

  • Je cherche à donner du sens aux événements,  à ce qui m’arrive ou n’arrive pas.

  • J’ai le sentiment que mes comportements, ma colère, tristesse… ne m’appartiennent pas

  • Ma vie m’échappe, je suis submergé par ce qui m’arrive

  • Des blocages m’empêchent d’avancer et de faire ce que je désire

  • Je cherche ma place, j’ai l’impression de jouer un rôle, de ne pas être moi-même
  • J’éprouve du mal- être, ma vie me semble un fardeau

  • Je ne comprends pas le pourquoi et le comment de ce qui se passe en moi ou dans ma vie

 .

 

 

 

 

En quoi consiste cette libération ?

 

 

 

 

 

 

 

Me libérer de mes mémoires limitantes c’est DEVENIR LIBRE
grandir à moi-même,
retrouver ma puissance divine,
évoluer vers l’Être de lumière que je suis.

 

 

Il s’agit de conscientiser le pourquoi et le comment de ce que je vis pour pouvoir l’intégrer.

Lorsqu’une mémoire se manifeste, elle est dans ma zone d’ombre.
La mettre en lumière me fait lâcher prise et elle cesse de m’impacter car je la reconnais et l’accepte comme étant une partie de moi souffrante.
La prise de conscience dans le coeur lève le voile et dénoue le noeud.

C’est comme une médaille aux 2 côtés. De l’ombre je fais passer à la lumière ce qui m’entrave.
C’est la même énergie que je fais passer d’une polarité limitante à une polarité lumineuse.

Lorsque l’information est entendue par le conscient, la structure énergétique se modifie et enclenche un processus de libération au niveau cellulaire.
L’énergie présente peut se libérer et lâcher son emprise.

Ce n’est pas moi qui guérit ou transforme, je ne suis que l’accompagnant, c’est vous-même qui vous libérez par la prise de conscience.

Pendant la séance je suis avec vous dans l’instant présent et de ce qui s’y révèle.

 

Mon approche thérapeutique est l’outil qui permet une prise de conscience et éveille la partie Divine en vous, votre Être Intérieur. Vous seul, en comprenant tout ce que vous portez pouvez vous libérer quand c’est le bon moment.

Je suis seulement médiatrice de votre propre puissance de guérison, selon ce que vous vous permettez de libérer.

 

 

 Comment se déroule une séance? Ma méthode

 

Une séance dure une bonne 1h.

Par téléphone ou face à face la séance se déroule de la même façon, nous œuvrons dans le quantique, l’espace-temps n’existe pas. Nous agissons sur d’autres plans et les dimensions de l’âme, donc la distance n’est pas un problème.

Je me connecte à vous, votre âme.

Je fais une lecture subtile de vos énergies, de ce qui se présente là ici et maintenant et les informations que je reçois se traduisent par des ressentis dans le corps, des images, couleurs, odeurs…

C’est pourquoi, pendant la séance, je pars toujours du ressenti du corps et suis à l’écoute de ce qu’il me dit.

 

Pendant la séance je dis ce que je perçois et ressens afin que vous ayez la compréhension de ce qui est en jeu et de ce qui se passe.

 

Le travail dans le subtil se manifeste dans la densité du corps pour être intégré. Lorsque les cellules transmutent les programmes, conditionnements et mémoires, le corps exprime cette libération par des sensation de chaud, froid, frissons, picotements..

 

J’œuvre sur les différents plans de consciences, dimensions et niveaux de mémoires (karmas).

 

Pin It on Pinterest