Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Chaque Âme s’incarne avec une volonté : apprendre à s’aimer inconditionnellement et retrouver son Divin quelles que soient les expériences et les rôles joués, POUR ÉVOLUER.

 

Dans ce but l’Âme CONSENT A UN CONTRAT D’INCARNATION avec une seule question  :

QU’EST-CE QUE JE VEUX APPRENDRE ?

 

Mon Âme est LA SEULE RESPONSABLE DE MA VIE, même si une fois incarné je l’ai oublié : c’est mon Âme qui a choisi  lieu, époque, parents, amis, ennemis, bourreaux, épreuves, réussites…

 

«La terre nous en apprend plus long sur nous que tous les livres. Parce qu’elle nous résiste. L’homme se découvre quand il se mesure avec l’obstacle.»
Antoine de Saint-Exupéry,  Terre des hommes

 

Plan de l’article:

–  Avant l’incarnation : bilan et choix des expériences
–  Rôles incarnés par l’Âme (bourreau-victime)
–  Descente dans l’incarnation
–  Plusieurs lignes temporelles possibles
–  Résistances à l’incarnation
–  Ruptures de contrat (fausse couche, suicide…)
–  Les jumeaux
–  But de l’incarnation : mission d’Âme

 

 

 

Avant l’incarnation : bilan et choix des expériences

 

 

 

D’abord, le BILAN : quand une Âme décide de revenir sur terre, elle rencontre ses guides pour établir le bilan de ses vies passées.
Absolument tout ce que nous avons vécu, fait, pensé est enregistré dans le moindre détail dans une immense bibliothèque, nos annales.

 

Ce bilan sert à l’Âme à comprendre où elle en est de son évolution : ce qu’elle a encore à accepter, à guérir, à libérer mais aussi ce qu’elle vient créer, partager.

 

En fonction de ce bilan, elle CHOISIT SES DOSSIERS pour sa prochaine incarnation,

c’est-à-dire les facettes d’elle-même qu’elle souhaite guérir et développer
et établit ainsi les grandes lignes de sa future vie terrestre.

 

Elle définit également potentiels et dons susceptibles de l’aider à dépasser les expériences difficiles.

 

 

Le contrat d’incarnation, CHOISI PAR L’ÂME EN ACCORD AVEC SES GUIDES, comprend différents facteurs sur les plans terrestre et subtils :

 


– environnement, pays, niveau social

– parents
– circonstance de conception
– scénario de naissance
– rôles (victime, bourreau )
– personnages qu’elle va jouer dans les sphères privées, professionnelles, sociales…

– défis, épreuves
– potentiels, dons
– grandes étapes incontournables de sa vie
– aidants, accompagnants
– blessures à pacifier

Photo Isabelle Valdenaire

 

  • TALENTS qu’elle souhaite apporter à l’humanité : par exemple participer à l’élévation du niveau de conscience en enseignant, en guérissant, préserver la nature, créer de la beauté par l’art …

 

  •  RAMÈNE : Contrats d’âme, consentements, vœux, pactes … passés dans d’autres vies ou sur d’autres plans.

 

  • DATE DE NAISSANCE : celle -ci est importante car elle détermine l‘astrologie et la numérologie choisis par l’Âme comme repère, plan de route, indices sur ce qu’elle vient vivre.

            

 

Les liens karmiques m’amènent à retrouver les êtres avec qui j’ai des conflits à pacifier

ou avec qui j’ai eu une forte relation d’amour pour continuer à m’accompagner ou accomplir quelque chose ensemble.

 

 

 

L’Âme choisit l’environnement familial et social qui va la mettre dans certaines difficultés qu’elle a besoin de revivre afin de les pacifier.

 

Bilan et plan d’incarnation se font à un plan très élevé de conscience, dans des vibrations proches de la Source.

A ce moment-là l’Âme est dégagée de la matière et n’est pas en contact avec ses mémoires, alors tout lui parait simple et facile.

 

Nos guides nous mettent parfois en garde lorsque nous choisissons des parcours trop difficiles.
Car ils savent bien qu’une fois incarné, j’oublie tout en me retrouvant dans la densité et la dualité, et que par conséquent je vais retomber dans mes blessures et souffrances et rajouter ainsi une couche au lieu de m’en libérer.

 

 Handicap ou maladie particulière : l’Âme décide de régler un gros karma rapidement

Cela implique bien sûr toutes les Âmes concernés par cette incarnation : famille, soignants… Toutes ces Âmes ont consenti à vivre cette expérience, soit pour apprendre, soit pour aider.

 

 

Comme le but de l’Âme est de S’AIMER et de S’ACCEPTER QUELLE QUE SOIT L’EXPÉRIENCE VÉCUE,

elle va REVIVRE LES MÊMES DIFFICULTÉS KARMIQUES

pour avoir une nouvelle opportunité d’ACCEPTER ET LIBÉRER cette blessure.

 

Photo Isabelle Valdenaire

 

Tout est décidé par mon Âme pour ma meilleure évolution possible.

 

L’Âme décide des expériences les plus adaptées à ses apprentissages dans le but d’évoluer.
Et parfois cela passe par des circonstances que l’humain appelle des atrocités.

 

 

L’Âme choisit ses parents… et ses lignées

 

L’âme est attirée par des parents dont elle sait qu’ils l’aideront le mieux dans son évolution.
Ceux qui pourront l’encourager, faire émerger le meilleur d’elle-même comme les parties plus sombres, lui permettre de revivre des situations souffrantes pour qu’elle puisse les conscientiser et s’en libérer.

 

L’enfant choisit donc ses parents autant pour leurs qualités et forces que pour leurs ombres et vulnérabilités.

 

Ainsi, tous les parents, quels qu’ils soient, sont parfaits c’est à dire les plus appropriés, les plus adaptés pour l’évolution de l’Âme.

 

Je choisis mes proches de manière à dépasser mes blessures.

Donc il ne faut pas voir ces blessures comme une fatalité, mais comme une occasion de m’éveiller !

De même, je ne peux pas en vouloir à mes parents car je ne souffre pas à cause d’eux, mais parce qu’ils REPRÉSENTENT ce que je suis venu dépasser, guérir.

 

Je ne porte pas mes bagages familiaux A CAUSE DE mes ancêtres mais GRACE A EUX, car j’ai choisit ma lignée et tout son lot de difficultés.

L’Âme choisit des ancêtres qui ont les mêmes karmas et problématiques à travailler que les dossiers qu’elle souhaite régler pour qu’ils lui transmettent l’information par les gènes.

 

Ainsi le corps de sa future incarnation porte dans ses cellules toutes les informations nécessaires pour réactiver les mémoires qu’elle décide de venir régler.
Un peu comme des souvenirs et des indices qu’elle se donnent pour pouvoir vivre dans son nouveau corps les expériences choisies.

plus de détails ici : http://www.les-ailes-du-karma.com/memoires-de-lame/

 

 

Ainsi grâce à ses parents, l’Âme porte dans le corps incarné les informations dont elle a besoin pour ses apprentissages.

 

 

 

De même, tout enfant, toute fratrie, tout conjoint  est le plus adéquat pour les apprentissages de l’Âme.

 

Toute Âme de mon entourage ou rencontrée au cours de ma vie m’aide à faire les expériences de vie, souffrantes ou aidantes, nécessaires à mes compréhensions, mes apprentissages, mon évolution.

Chaque membre de mes proches est là pour m’aider à révéler, développer ou libérer un aspect de moi-même.

Une âme qui a besoin de guérir une blessure d’abandon se choisit des parents qui l’abandonneront ou qui seront peu présents, lui donnant le sentiment qu’elle est abandonnée.
Cette Âme aura tendance à tout interpréter en fonction de cette blessure, c’est-à-dire que la moindre attitude ou parole sera interprétée comme de l’abandon.

 

 

Tout ce qui n’est pas accepté et guéri, va donc être revécu par l’Âme pour avoir une nouvelle opportunité de le transmuter. 

 

J’attire inévitablement situations et personnes en résonance avec mes blessures et mes karmas. 

 

 

Les événements de ma vie vont réveiller mes blessures karmiques jusqu’à ce que je m’en libère.

 

 

Je finis ce que je n’ai pas achevé,
je retrouve les êtres avec lesquels blessures, mémoires sont restées sans guérison
je revis des situations souffrantes jusqu’à ce j’ai compris l’enseignement.

 

 

C’est pour cette raison que blâmer la vie, dieu ou les autres voire moi-même de ce qui m’arrive ne sert à rien. La résistance fait encore plus souffrir.

Chaque événement, personne ou épreuve sur ma route a sa raison d’être.  L’accepter c’est m’aligner avec mon Âme.

 

Quand je m’affranchis d’une blessure karmique, je contribue aussi à la libération de ma lignée familiale.

 

 

Je sais que certains aspects du contrat d’incarnation risquent de heurter certains d’entre vous quant aux choix d’Âme.

Je voudrais donc vous rendre attentif au fait que nous regardons les événements et notre souffrance du point de vue humain et que nous n’avons pas la vision d’ensemble du point de vue Divin.

Nous n’avons pas une vision globale, en « hauteur »  dans l’ensemble de l’espace -temps comme notre Âme.
Nous avons une vision limitée des situations, sans le recul et le plan établi par notre Âme.
 

Lorsque la souffrance m’enferme je ne suis plus réceptif à mon Âme et je ne comprends pas le pourquoi de ce qui m’arrive… ou bien certains actes autour de moi me révoltent.

Au regard de l’âme il y a toujours un sens, une finalité, une raison d’être, même si je ne le comprends pas .

 
 

Le meilleur moyen d’être dans la compréhension
« des horreurs humaines »
est de prendre du recul par rapport à mon émotionnel
et d’accepter que toutes ces situations
sont une expérience pour les Âmes
afin de pouvoir vivre tous les aspects nécessaires
à la compréhension et la libération.

 

 

Comprendre le sens des épreuves signifie aussi être compatissant, ne pas juger sans pour autant cautionner et laisser faire!!

 

Quand chaque personne oeuvre à lâcher ses blessures et karmas, elle contribue à rendre l’humanité plus bienveillante.

 
 

 

 

 

Les rôles incarnés par l’Âme dans une vie

 

 

 

En m’incarnant je choisis et j’accepte de jouer un rôle afin d’avoir une prise de conscience. Qui viendra un jour ou un autre.
Je joue ainsi de nombreux personnages au cours de ma vie.

Ils peuvent se résumer essentiellement dans la dualité des rôles VICTIME / BOURREAU,  rôles caractéristiques et récurrents que nous incarnons tous à un moment donné.

 

N’avez-vous jamais dit : « à cause de toi… »   « si tu m’avais écouté… »   « je suis là pour t’aider moi ! »    «si tu m’aimais vraiment tu…»     «j’en ai marre, je n’ai que des malheurs»    

 

VICTIME, BOURREAU… C’est un RÔLE, ce n’est pas moi ! 

Ces rôles font partie de la dualité de notre dimension! Une même énergie dans ses 2 polarités, extrémités.

 

Nul ne peut juger du rôle tenu par autrui, même le « pire »
car je ne connais pas son karma
je ne connais pas l’accord qu’il a passé avec d’autres âmes,
le chemin qu’il a décidé de vivre pour apprendre et évoluer.

 

Un meurtrier par exemple, est une âme qui a consenti à jouer ce rôle dans cette vie-là pour régler un karma ou permettre à une autre Âme d’en régler un.

 

Cet être a seulement joué son rôle prévu en accord avec d’autres Âmes.

 

Chacun en est à un stade d’évolution qui lui est propre. Alors comment pourrai-je juger l’autre ?

Au lieu de condamner l’être, je peux l’accompagner dans la compréhension de ses actes

Le juger le maintient dans son karma.

 

 

 

Soyez certain que vous avez endossé des rôles « horribles » à un moment donné de vos vies.
Nous avons tous vécu les pires rôles comme les meilleurs.

 

 

Parfois certaines incarnations permettent à l’Âme de faire un saut quantique avec une vie rude, une vie dans un rôle de bourreau, tandis que d’autres stagnent avec des vies plus simples.

 

 

Ce sont des personnages que nous endossons dans une vie afin de permettre par les interactions des uns et des autres de régler et pacifier karma, mémoires et blessures.

 

 

En tant qu’être humain hélas je m’identifie à mes personnages qui jouent un rôle car je m’y laisse enfermer par les conditionnements, mémoires, croyances, mental…

Or, tous ces rôles ne sont que des masques qui cachent ma véritable nature divine.

 

Je vous assure que l’Âme choisit le rôle de bourreau comme celui de victime car il permet de régler du karma et d’évoluer quand la prise de conscience se fait, même s’il faut des vies.

Ni l’un ni l’autre de ces rôles n’est plus enviable ou plus rapide dans son évolution.

 

L’un comme l’autre de ces rôles, tant que je n’ai pas compris, je revivrai la situation. Si je reste dans mon schéma, je n’évolue pas.

 

Condamner l’acte mais pas la personne

 

 

Pour prendre conscience de ces rôles :

je cesse de rejeter la faute sur l’autre, je me pose la question de ce qui chez moi attire ces actes?
Quelle blessure me fait réagir de la sorte?
qu’est ce qui en moi est blessé?
Qu’est-ce qui me conditionne à agir ainsi?

 

 

 

 

Nous ne pouvons pas connaitre et comprendre tout ce que nous sommes sans avoir tout expérimenter et jouer tous les rôles, de l’ombre et de la lumière, du persécuteur à la victime.

article sur la polarité où j’explique cela : https://www.les-ailes-du-karma.com/les-2-faces-de-la-medaille-ou-la-polarite/

 

 

Les rôles ne sont pas figés.
Nous glissons de l’un à l’autre en fonction des situations, même si certains s’enferment dans un rôle plus prédominant et plus flagrant que d’autres.

 

Sans victime, pas de bourreau  !
et inversement.

Nous sommes toujours les 2 à des degrés différents.

et nous consentons à ces choix et ces rôles avant notre incarnation.

 

 

 

 

 

La descente dans l’incarnation

 

 

 

 

Photo Isabelle Valdenaire

 

Lorsque l’Âme fait ses choix d’incarnation, elle est reliée à sa Source divine. Elle est confiante en ses capacités à réaliser son plan d’incarnation, à dépasser ses anciennes erreurs, à apprendre, à développer ses qualités, à accomplir ce qu’elle souhaite.

Elle vadrouille près de ses futurs parents potentiels pour s’imprégner de leurs énergies, les choisir, et décider du meilleur moment et moyen de fécondation.

 

 

Pendant sa descente, elle parvient dans les dimensions transgénérationnelles, face à l’émanation de ses ancêtres.
Autrement dit à tout ce que les lignées n’ont pas réglé. Elle récolte de ce fait au passage des bagages transgénérationnels.

 

 

 

Soit elle se charge volontairement lourdement, se sentant encore toute puissante à régler ces nœuds karmiques, soit les ancêtres la missionnent pour prendre tous ces bagages afin qu’elle les libère.
L’Âme y consent, soit par loyauté, soit persuadée encore à ce stade d’arriver à tout gérer et libérer une fois dans la matière.

Au fur et à mesure de sa descente d’incarnation, plus la densité devient pesante, plus l’Âme retrouve toutes ses limitations, ses mémoires, ses croyances limitantes et blessures non résolues.

 

 

 

Plusieurs lignes temporelles possibles

 

 

 

 

Avant mon incarnation je décide des grandes lignes de ma vie. Les étapes importantes représentent les expériences incontournables de ma vie et l’âge auquel elles auront probablement lieu.

 

Au cours de mon incarnation, j’ai plusieurs LIGNES TEMPORELLES ALTERNATIVES POSSIBLES : elle évoluent selon mes choix, ce que je libère, mes compréhensions et mes résistances, mes peurs…

 

 

 

En comprenant le sens d’une situation je n’ai plus à la revivre ou bien je peux me délier d’une personne.

 

Ces alternatives temporelles se modifient d’abord dans les plans subtils pour préparer les changements dans la matière.

 

 

 

 

Tout en gardant les grandes lignes / étapes du contrat d’incarnation, l’Âme AJUSTE, RÉORGANISE les changements en fonction des compréhensions et des décisions :

moyens d’arriver au but, étapes intermédiaires, possibilités alternatives, personnes rencontrées peuvent être modifiés.

 

 

 

 

 

C’est le choix et les compréhensions qui entrainent une ligne temporelle possible parmi plusieurs alternatives, tout en restant dans les grandes lignes décidées par l’Âme.

 

 

 

Il ne sert à rien d’échapper à la dimension terrestre et à ses enseignements. Un contrat signé avec soi-même se vit jusqu’au bout et il existe toujours des solutions.

 

 

 

 

Les résistances à l’incarnation

 

 

 

L’Âme sait que l’incarnation lui offre une extraordinaire opportunité d’expérimentation et d’élévation.

Cependant, elle sait aussi que quitter un monde de Lumière sera très difficile pour elle, surtout pour aller dans un monde d’enfermement dans la matière.

Tout se complique pendant la descente vers l’incarnation.

 

Dans la descente vers les plans terrestres, l’Âme traverse différentes couches de densité qui deviennent de plus en plus lourdes au fur et à mesure qu’elle se rapproche de la densité terrestre et elle oublie peu à peu qui elle est dans son essence divine.

 

Elle quitte le sentiment d’unité des dimensions divines pour entrer dans la dualité.

 

Elle retrouve alors l’illusion qu’elle est séparée des autres et du divin, replongeant ainsi dans ses limitations et blessures.

Photo Isabelle Valdenaire

 

Le refus d’incarnation est lié à cette peur d’aller vers la densité et de ce que cela implique :
se sentir à l’étroit dans un corps, ressentir l’apesanteur, les douleurs physiques, les difficultés typiquement matérielles…

 

En conséquence, elle a peur de ne pas réussir son contrat d’incarnation, de perdre l’Amour qui l’habite et le contact avec sa Lumière Divine.
… ce qui s’est souvent passé dans d’autres vies et l’Âme le sait.

 

Certaines Âmes décident alors de faire demi-tour :
  –  fausses couches
  –  morts nés ou bébés qui meurent dans les heures/jours après la naissance
  –  mort subite du nourrisson
  –  naissance longue et difficile, avec souvent des complications

 

 

Parfois certaines Âmes s’incarnent quand même car elles ont réalisé un peut tard ce qui les attend ou bien les guides les ont fortement poussées à continuer.

Cette personne est très souvent dans un schéma d’auto-destruction sans même s’en rendre compte et sans savoir pourquoi.

 

REFUS OU PEUR D’INCARNATION se manifestent par quasiment aucun ancrage et rejet du corps d’incarnation avec le 1er chakra verrouillé.

 

dans l’émotionnel

* souvent dans la lune, la tête dans les nuages, se réfugie dans l’imaginaire ou des idéaux mystiques ou utopistes
* mal être général, ne se sent pas à sa place sur Terre, se demande ce qu’elle fait ici et aspire à «rentrer/ retourner chez elle»,
* désintérêt de la vie,
* refus de tout ce qui est lié à la matière ou à l’inverse est dans un abus total des « choses matérielles »
* créativité et plaisir de vivre difficile voire inexistant…

 

 

dans le corps :  

* se cogne, se blesse beaucoup,  se fait des entorses, marche en appui sur le devant des pieds, a les pieds qui dévient sur le côté
* addictions fortes

 

 

 

 

 

Les ruptures de contrat

 

 

 

 

Lorsque je décide d’un choix qui bouleverse radicalement ce qui était prévu, je romps mon contrat d’incarnation. Cela arrive parfois.

 

Par exemple:
– une personne décide ne pas avoir d’enfant alors qu’il était prévu qu’elle en ait
– mettre fin à son incarnation plus tôt que prévue en se suicidant
– annuler un voyage qui aurait permis des libérations ou rencontres….

 

Cela entraine des modifications des plans établis et des lignes temporelles dans les plans subtils et terrestres.

Comme tout est toujours en mouvement, les énergies s’adaptent.

 

 

Lors d’un COMA ou NDE (mort imminente), il arrive très souvent qu’un contrat soit totalement renégocié.

Pendant le coma l’Âme voyage et décide soit de continuer son incarnation, soit de la changer, soit d’y mettre fin.

 

Il arrive même qu’elle quitte définitivement ce corps pendant le coma et qu’avec son accord, une autre Âme prenne sa place. Cette dernière a en général un rôle important à jouer pour l’humanité ou une libération rapide et radicale d’une lignée à effectuer et évite ainsi de perdre du temps avec les années de développement de l’enfant.

Cela explique le fait que certaines personnes sortent du coma avec un changement de personnalité ou une amnésie.

 

Tous ces changements entrainent aussi des modifications pour les autres Âmes concernés. Elles réajustent alors leur destinée.

 

 

 

Le suicide 

 

 

 

 

Les croyances inculquées par les religions condamnent le suicide et le présentent comme un acte blâmable, un péché.

Sur le plan spirituel, il s’agit d’une « rupture de contrat ». L’Âme rompt l’engagement vis-à-vis d’elle-même.

 

 

Penser que le suicide permet d’échapper à la souffrance et aux déceptions est une erreur car l’Âme est immortelle et rien des conséquences de cet acte ne s’efface dans ses vibrations.
Au contraire, elle se charge d’encore plus de choses à régler.

 

 

 

 

L’être qui se suicide rejoint un plan astral, vibratoire selon la charge émotionnelle et la charge de souffrance dans lesquelles il a quitté ce monde.

 

 

 

 

Autrement dit, l’Âme reste dans un plan vibratoire qui correspond à la souffrance,
au traumatisme des circonstances de la mort
et aux croyances dans lesquelles elle était juste avant sa mort physique.

 

 

 

Dans les dimensions plus élevées, aucune Âme ne condamne ni ne juge. L’Être, seul, est le juge le plus impitoyable qui soit pour lui-même.

 L’Âme reste dans ses miasmes vibratoires le temps nécessaire, jusqu’à ce que la compréhension l’éclaire, jusqu’à ce qu’elle ait compris pourquoi elle en est là.

 

Les guides veillent et aident, cependant ils doivent attendre le moment propice pour dégager l’Âme de ses miasmes et la ramener dans un plan vibratoire plus serein.

 

Photo Isabelle Valdenaire

 

 

Le suicidé est également responsable des conséquences que sa mort entraine parmi ses proches.

 

 

N’oublions pas qu’une Âme est toujours en interaction avec d’autres et qu’un changement de plan entraine inévitablement un changement aussi pour les autres Âmes concernées.

Il les contraint à modifier leurs lignes temporelles.
Dans une prochaine vie il viendra réparer avec ces Âmes les dégâts causés en reprenant sa responsabilité.

 

 

 

Le corps physique de la future incarnation garde l’empreinte de l’acte de suicide :
      une malformation ou une marque spécifique, une maladie, un symptôme…

 

 

 

Lors de sa prochaine incarnation, l’Âme accepte de revenir sur Terre pour accomplir un temps égal au nombre d’années qu’elle aurait dû vivre si elle ne s’était pas donnée la mort dans son précédent contrat d’incarnation.

S’il lui restait 10 ans à vivre dans son contrat d’incarnation initiale, elle choisira une vie qui se termine à l’âge de 10 ans.

 

Sa future incarnation ainsi que son corps physique va dépendre du type de suicide
des motivations
des influences spirituelles
des croyances
du degré de connaissance et de son évolution.

 

 

 

Article complet et détaillé ici : http://www.les-ailes-du-karma.com/suicide-rupture-du-contrat-dincarnation/

 

 

 

 

Les Jumeaux

 

 

 

 

La peur :

Certaines Âmes ont tellement la trouille de s’incarner qu’elles ont besoin d’être accompagnées, se sentant plus vaillantes à 2.

 

Karma :

2 Âmes peuvent décider de régler rapidement un conflit, des mémoires d’ennemis, de fratricide, une haine tenace entre 2 clans rivaux etc… en s’obligeant à vivre côte à côte pour se réconcilier.
Dans certains cas il s’agit d’un amour très fort que ces Âmes décident de revivre de manière fusionnelle.

 

Un pacte de sang :

dans une vie antérieure explique aussi l’incarnation de jumeau.

 

Dans le cas de gémellité monozygote (un seul œuf, une seule poche) il peut s’agir d’une seule Âme qui décide de faire une expérience multiple ou accélérer la guérison de karmas.

 

 

 

Que devient le jumeau qui part ?

 

 

Parfois le jumeau s’incarne mais quitte l’utérus rapidement une fois sa mission accomplie (fausse couche).

 

Parfois il reste dans le plan subtil, ne souhaitant pas descendre dans la matière. Cependant il accompagne l’autre Âme dans la descente vers la matière, il l’aide à aller jusqu’au bout donc jusqu’à la naissance. Il est comme un ami qui encourage.
Ensuite il repart.

Néanmoins il arrive qu’il reste auprès de l’Âme incarnée comme Âme aidante (son rôle est différent d’un Guide) pendant un temps définit, afin d’encourager et rassurer celui reste.

 

Souvent son énergie reste accrochée dans les auras ou un organe au niveau subtil car l’Âme incarnée le retient par ses peurs, culpabilités, sentiment d’abandon… et entrent en résonance avec des blessures propres au jumeau subtil (car proche de la densité l’Âme a recontacté ses mémoires).

Il n’est pas rare que je trouve un jumeau procrastiné dans un organe, ledit organe étant en lien avec une blessure, un secret à libérer au niveau de la lignée très souvent.

 

 

 

Le but de mon incarnation

 

 

 

 

Le BUT de mon INCARNATION donne une direction à ma vie, un sens à mes expériences. Il est ce pourquoi j’ai choisi de vivre cette incarnation  :

    –  LIBÉRER et GUÉRIR des blessures.
    –  m’ALIGNER dans mon divin, être dans la JOIE et l’AMOUR inconditionnel, suivre mon coeur.

 

Certaines incarnations ont des missions d’Âme bien spécifiques«une vocation» : être soignant, enseigner, dénoncer ou révéler (par le biais de livres, actions, associations, vidéos…), préserver (nature, animaux), réunifier (festival, mouvements…) que ce soit par un métier, une passion, un art…
mais toutes ces incarnations répondent à un SEUL BUT :  

 

 retrouver l’unité avec mon Divin : MA LUMIÈRE

 

 

 

Qu’est-ce qui me fait vibrer? me met en joie?        là je contacte ce pour quoi je suis incarné.

 

Quelles que soient ma mission, mes expériences, mes blessures, je suis dans le but de mon incarnation quand ce que je fais me remplit de joie et d’amour = quand j’écoute mon coeur et que j’agis selon ce qui me parait juste. 

La voie du coeur… voilà ma mission d’Âme et mon but d’incarnation.

Quand je suis dans mon coeur, tous mes corps, toutes mes dimensions sont alignés avec l’Âme, je contacte en moi le Divin.

 

 

Le moyen pour devenir l’être que je désire, en accord avec mon Âme, c’est de me donner le droit :
 
 –
d’être ce que je ne veux pas ou déteste
 – m’autoriser à me tromper, à faillir, à être imparfait
 – accepter mes limites et ce, sans accusation ni culpabilité

 

 

Alors, même si j’oublie qui je suis et d’où je viens, essayons de rester conscients que tout ce que je vis est là pour me faire évoluer.

Et lorsque je rencontre quelqu’un qui vit une incarnation difficile, soyons dans la compassion et la gratitude : cette Âme a choisi des expériences difficiles afin d’évoluer et de m’éclairer sur mes propres zones d’ombre.

 

 

 

Pin It on Pinterest